Comme je l’avais annoncé, il vous reste 7 jours pour vous procurer mon livre « Les Fantômes d’un inconnu » avant qu’il soit retiré de la vente. Retrouvez le à cette adresse http://amzn.to/2B8tKq3 .

24883165_1570575409697434_972861219_o

Le prochain livre arrivera début février. Ce sera un recueil de poèmes que j’ai réalisé avec mon père. J’ai vraiment hâte de le partager.

Je publierai ensuite un recueil de nouvelles. Ces deux derniers projets sont déjà terminés. Je suis en train de les relire et les mettre en page.

Après publication du dernier ouvrage, je vais arrêter d’écrire. C’est une décision que j’ai prise récemment.

Je n’ai jamais eu ce syndrome de la feuille blanche, j’ai seulement un problème avec ce que j’écris. Comme je l’avais déjà expliqué dans un article posté sur mon site, l’écriture agit sur moi comme un pharmakon, terme grec désignant un remède qui fonctionne comme un poison. Je m’épuise beaucoup, mentalement…je ne me retrouve plus… c’est ce que je décrivais justement dans Les Fantômes d’un inconnu : cette perte de contrôle, cette trop forte sensibilité au monde, ce perpétuel doute et ces réflexions sur tout.

Ecrire est pour moi une passion destructrice. Ca m’effraie et m’excite à la fois. Je suis capable d’écrire 80 à 100 pages en une journée sans effort, à un point tel que cette performance est devenue une drogue dans laquelle je me refuge, un refuge que j’ai besoin de quitter pour éviter de m’enfermer à jamais. Je parlais de mon propre mausolée. L’image est bel et bien celle ci. Je l’expliquais  là : http://bricereiter.net/2017/01/27/le-mausolee/

Je n’ai jamais écrit pour le succès non plus ou pour m’exposer. J’ai refusé plusieurs maisons d’édition par peur d’avoir des comptes à rendre et devoir par exercice ou contrat fournir un travail qui finira par me piéger moi-même.

Ca peut sembler ridicule, je le conçois mais, je me connais, du moins, j’apprends à me connaître, et je sais, par expérience, les choses que je dois fuir pour ma propre santé.

Je quitte ce terrain pour me tourner vers un autre. Je veux créer autre part, autre chose, autrement. Je veux apprendre de nouvelles choses et investir mon énergie pour les autres.

Merci à chacun d’entre vous d’avoir lu, acheté et apprécié ce que j’ai écrit jusqu’à présent.