Catégorie : Humeur

[Humeur] Tendance Printemps Eté – Être une blogueuse mode, qu’est ce que c’est ?

Né d’un triste mélange entre le râle d’une féministe et l’envie d’exister, la blogueuse a aujourd’hui un niveau de reconnaissance de ses pairs qui tend à objectiver et légitimer sa pratique pernicieuse puisqu’inutile.

Qui sont-elles ?

800px-John_William_Waterhouse_-_Echo_and_Narcissus_-_Google_Art_Project

Voilà plusieurs années maintenant que des collégiennes/lycéennes en manque de reconnaissance ont monté des blogs dit de “mode” afin de partager quotidiennement leur voilà-comment-je-m’habille à ce qu’elles croient être une audience mondiale, mais à ce qui est généralement qu’une niche d’autres étudiantes en manque d’existence et de paraître.

Lire la suite

L’articulation de l’imaginaire

IMG_0967

Parfois, je me sens comme Thomas Wolfe à écrire dix mille mots en deux jours. Parfois, je me sens comme J.K Toole, l’auteur de La Conjuration des imbéciles. Pour moi, écrire, c’est un sport au quotidien. Il muscle mon cerveau et développe mon imaginaire.

C’est quarante derniers jours, j’ai écrit autant que j’ai pu le faire ces deux dernières années. Hier, par amusement ou curiosité, je me demandais combien de mots contenait le roman A La Recherche Du Temps Perdu de Marcel Proust. Il contient 1,5 million de mots, soit sept volumes, écrit sur une quinzaine d’années.

Dans une semaine, si je tiens la cadence de mes 40 derniers jours, j’aurais terminé un projet qui fera au total un peu plus de 120 000 mots. Il me faudrait un an à cette cadence là pour écrire autant que Marcel Proust l’a fait entre 1913 et 1927.

Bien sûr, tout ceci n’est qu’un calcul. Marcel Proust a retravaillé ses textes de nombreuses fois, ajoutant des artifices, des décors, des images, des descriptions. Il écrivait d’autres romans en même temps. Ces 15 années sont justifiées.

Je ne me compare pas à Marcel Proust, ni à Tolstoï, ni à Dumas en terme de longueurs de texte. Je réfléchis au rapport du cerveau à produire de l’imaginaire. L’écriture est un art brut, pur, qui ne copie ou ne vole rien. A partir du moment où vous assemblez des mots pour en faire une phrase, elle est unique. A partir du moment où vos phrases forment un paragraphe et vos paragraphes une histoire, cette histoire est unique, c’est une pièce de l’imaginaire, c’est de l’art, au sens qu’Hegel le donnait.

Produire un texte à partir de sa propre imagination, sans regarder ici ou là, sans s’inspirer ou tirer profit d’une quelconque idée déjà vue, c’est de l’art, puisqu’au final, ça vient ex nihilo.

Ecrire, c’est une histoire de sueur, de souffrance, un voyage vers le ça. C’est réfléchir dans la brume et marcher vers un paysage que l’on imagine. C’est solliciter cette substance auto régénératrice d’histoires que produit ce feu en nous.

Je fais souvent l’exercice de ne rien prendre en photo, de ne rien enregistrer de ce que je vis, de ce que je vois. J’ai trop peur que ces enregistrements physiques anesthésient ma force créatrice. Je pense, mais c’est mon opinion, que la pratique de mémorisation nourrit et cultive notre imagination. Bien sûr, il y aura des flous dans ces souvenirs, mais ces flous sont ce qui nous amènera vers de nouveaux horizons, de nouvelles idées, car l’effort de se remémorer active et articule notre imaginaire. C’est en réfléchissant la création que l’on créé.

Souvenons-nous aussi que notre cerveau est lié au coeur, nos yeux aux cerveau. Nos mains sont liés à notre ventre, nos oreilles à notre langue. Il faut ressentir dans le ventre, dans les yeux, dans le coeur pour produire avec le cerveau. L’imagination ne vient pas seulement de notre tête, l’imagination vient de ce que notre corps enregistre en permanence, c’est pourquoi il faut le laisser se souvenir en permanence, il faut tout enregistrer soi même, par le regard, le toucher, le goût, le son, le coeur. Ce ne sont pas seulement des membres ou des organes ce sont des capteurs qui nourrissent et articulent le futur de nos créations, de notre imaginaire.

Je fais cette réflexion car je me demande souvent d’où cela vient. D’où viennent ces poésies spontanées que j’écris, ces histoires qui me sautent au cou comme une femme amoureuse. Je pense parfois à ce monde des Idées que soulevait Platon. Nous l’avons tout traversé, nous avons baigné dedans. La mémoire est quelque chose d’incroyable autant pour sa relation avec l’âme mais surtout avec le monde.

A force de capter, saisir et enregistrer, on ressent beaucoup, on ressent plus. J’ai même le sentiment aujourd’hui que je peux sentir des choses que je ne vois avant même qu’elle s’énonce ou s’explicite. C’est une articulation permanente, un jeu de sens, un dialogue avec le monde, comme une vision.

Et aujourd’hui, j’essaie d’aller plus loin.

IMG_0707

[Humeur] Tous différents mais tous ensemble

Tous différents mais tous ensemble.

On nous a beaucoup parlé de l’autre comme un ennemi. On nous en a parlé beaucoup trop. A tous les moments de notre existence, nous sommes confrontés à autrui. A notre voisin de classe ou de palier, à celui devant nous dans la queue du supermarché, à cet automobiliste qui nous double sur l’autoroute, à cette personne assise sur le même banc que nous.

IMG_0707

©Brice Reiter

On se juge, on se regarde, on se compare, telle est notre société de l’image, notre civilisation de la comparaison.

Le monde d’aujourd’hui ressemble à ce schéma simple que l’on s’est tous imposé à un moment de notre vie : celui de nous et des autres. Nous, c’est à dire soi, soi-même, notre personne face aux autres.

Lire la suite

[Humeur] Le mausolée

 

IMG_0090

Image ©Brice Reiter

Mon imagination est comme ce terrain vague et vaste que l’on connaît tous, sauf que sur le mien j’y bâtis des possibles teintés de vécu. Ce vécu est bourré de fantômes et de sorcellerie. Quand j’écris, je m’habille d’une chair tiède que j’ai déjà portée. Je grimace mal à l’aise.

L’écriture m’effraie autant qu’elle me séduit. J’ai toujours cette crainte de marcher trop loin sur ce terrain vide et ne jamais pouvoir rebrousser chemin.

Lire la suite

[Humeur] Le pouvoir du personnage

petit_garcon

Toute la sagesse de l’écriture est de se détacher de son propre pouvoir. Il y a dans le travail de l’écrivain un exercice du péril et de l’attachement ; on le nourrit, on le porte, on le désire, on l’écarte.

Les faiseurs d’histoires sont comme les faiseurs de pluies ou les voyants. Ils construisent leur puissance d’incantations, d’évocations ou de croyances. Cependant, dans l’aventure d’une histoire, le plus compliqué est la tournure que les choses prennent lorsqu’on les évoque.
Un livre est à l’image de l’existence. Un début et une fin. Et l’entre deux, ce qui se passe entre l’Alpha et l’Omega, c’est sans doute, à la fois, le plus beau et le plus dangereux.

Lire la suite

[Humeur] Cannibalisme contemporain

 

Head Of A Dead Man Joel Peter Witkin

Le cannibalisme n’a jamais disparu, nous avons même rajouté des assiettes supplémentaires. La race blanche esclavagiste a toujours souligné ses exploits d’exterminations, sa lutte courageuse contre les indigènes dévoreurs de têtes, son combat pour éteindre l’espèce qui – chaque vendredi – échafaudait un barbecue géant au milieu de la plage avec avant bras et mollets sucrés sur la carte des desserts.

Pourtant, chaque jour que dieu fait, nous aimons nous farcir notre voisin de palier, notre collègue de bureau ou n’importe quelle tête de turc présent sur l’étalage. Le dimanche étant resté pendant des siècles, la journée des grands banquets.

Hobbes disait : « L’homme est un loup pour l’homme ».

Lire la suite

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén